VÊTEMENTS


Veste ultralight Raidlight

Veste Imperméable
Pas de veste softshell ou autre, mais une veste imperméable ultralight de chez Raidlight (gain de poids énorme dans le sac à dos) développé en collaboration avec la FFR, parfait pour ce trek. Tient au sec très longtemps même avec une grosse pluie de plusieurs heures, il est ultra léger et ne prend pas de place. C’est tout ce qu’on veut.

 

Micro polaire Raidlighjt

Micro polaire
Une micro polaire Raidlight, légère elle aussi et juste assez chaude pour convenir à ce type de trek. C’est une polaire pour faire du trail qui possède un zip de haut en bas.

 

 

T-shirt Salomon

T-shirts
Je n’avais que 2 t-shirts légers Salomon à manches courtes et un t-shirt Quechua à manches longues. Toujours pareil, pour une question de légèreté, j’ai préférer minimiser le nombre de t-shirts pour privilégier le poids pendant mon trek. Je me suis dit que 2 t-shirt suffiraient, et ce fut le cas. Les t-shirts ne pèsent pas lourd, certes, mais c’est en rognant sur un tas de petites choses qu’on arrive à des kilos au final.

 

Short Salomon

Shorts
Un short Asics et un short Salomon. Là aussi j’ai opté pour la légèreté. Pour ma part, pas besoin de short à poche, tout est dans mon sac à dos. Attention à bien prendre des shorts où on se sent à l’aise lorsque l’on a beaucoup de dénivelé à faire. Un short trop long avec des poches peut être lourd et trop rigide à la longue sur ce type de trek.

 

 

Pantalon Quechua

Pantalon
Voici mon seul pantalon pour cette traversée. Il ne m’a servi que lorsqu’il pleuvait, pour mettre en dessous de mon sur-pantalon, ou le matin lorsque je partais très tôt et qu’il ne faisait pas très bon à l’aurore. Il est simple et indispensable.

 

 

Chaussette technique

Sous-vêtements
2 caleçons et 3 paires de chaussettes techniques MID (spéciales trek et grande randonnée). Pas besoin de plus. J’ai lavé le tout le plus souvent possible et c’était parfait. Petit conseil concernant les chaussettes : Attention lorsque vous mettez des Compeed pour marcher malgré vos ampoules, si vos pansements ne sont pas bien collés, ils vont bouger et se retrouver sur vos chaussettes, et là, bon courage pour les enlever et pour retrouver une chaussette normale….!


 

Surpantalon Raidlight ultralight

Sur-pantalon
Un sur-pantalon Raidlight. Il ‘ma servi durant toute ma première semaine sous la pluie, ça aurait été très très très compliqué sans. Hyper léger, facile à mettre et à enlever, et d’une légèreté incomparable.

 

 

Salomon X-Ultra

Chaussures
Une paire de chaussures Salomon X-Ultra, semi-montantes, Goretex et ultra-légères. Malgré la membrane en Goretex, pas assez étanche selon moi (3h sous une pluie battante et les pieds commencent à se mouiller, même constat pour Bruno, une personne que j’ai rencontrée pendant ma traversée et qui les avait aussi au pied). Mais rien d’étonnant, en effet, pour une très bonne respirabilité, Salomon à opté pour une chaussure très largement en tissu, ce qui fait saturer plus rapidement la membrane goretex. Je pensais que ça serai suffisant pour un trek d’été dans les Alpes mais ça ne l’a pas été. Pour le reste, on ne les sent pas et c’est ce que je voulais, j’ai horreur des chaussures à tiges hautes qui empêchent la liberté de mouvement du pied et de la cheville. Avec ces chaussures, j’avais la légèreté, une tige MID et une membrane goretex, c’était idéale pour moi, bien que ça se soit révélé insatisfaisant à cause du temps. Du reste, une meilleure accroche n’aurait pas été de trop non plus, les crampons ont vite capitulé.

 


ACCESSOIRES


Sac à dos
Un sac à dos Osprey Atmos 50L. Une merveille pour le dos, des bretelles très confortables et réglables pour un ajustement parfait. Une poche nous donne accès directement au bas du sac à dos sans avoir à tout enlever. A l’intérieur, il y a un emplacement pour mettre une poche de 20L d’eau. Housse anti-pluie fournie avec et surtout une tenue incroyable au niveau des hanches. Question organisation, je mets mes vêtements anti-pluie dans le bas du sac à dos (facilement accessible), ma crème et mes accessoires secondaires dans le rabat (que l’on peut au choix laisser ou enlever) et le reste au milieu. Le sac à dos était plutôt à l’équilibre même si avec le recul je garderai plutôt la poche du bas pour le sac de couchage.

 

Oreiller Quechua

Oreiller gonflable
Un oreiller gonflable de chez Quechua. Petit, léger, rapide à gonfler, prend un minimum de place. Bref, parfait lorsqu’on fait la traversée en tente.

 

 

Spork light my fire

Fourchette/cuillère
Pas besoin de couverts spécifiques pour moi, ni de tasse ou de réchaud. Je n’ai eu donc besoin que d’une Spork pour manger quelques boites ou autres sur le trajet lorsque c’était nécessaire.

 

 

Trousse premiers soins

Trousse de secours
Un kit de premier secours McKinley. Une fois complétée, elle m’aura beaucoup servi dès les premiers jours pour panser mes premiers bobos : ampoules et frottements. La mienne était petite parce que j’avais des possibilités de me ravitailler tout au long du GR5. Elle est indispensable, mais ce n’est pas pour cela qu’il faut prendre la plus grosse avec un tas de choses inutiles à l’intérieur, il faut bien la penser et l’adapter selon ses besoins. Par exemple, j’ai mis beaucoup de GSA dans la mienne, et pas mal de pansements déjà présents à l’intérieur ne m’ont jamais servi. N’hésitez pas à remodeler votre trousse de secours une fois achetée pour l’optimiser au maximum.

 

Lunettes de soleil
Parce qu’à partir des Hautes-Alpes, ça cogne ! Attention, bien prendre des lunettes avec une protection au moins de type 4.

Opinel olivier N°8

Couteau
Un opinel (n°8) est toujours utile. Que ce soit pour manger ou bien pour couper une cordelette ou encore pour se défendre (sait-on jamais), cet opinel à rempli toutes ces tâches.

 

Petits cahiers de randonnée
Un pour noter chaque étape de rando (temps, météo, type de terrain, nombre de kms, de D+ etc.), l’autre pour faire le récit de ma traversée. J’aurais pu, après réflexion, n’en prendre qu’un seul. Pour mon prochain trek, je vais abandonner les cahiers pour un dictaphone, bien plus pratique, et qui permet surtout pendant la marche de donner ses impressions, son ressentis etc….

Loupe
Parce qu’observer à la fin de son étape du jour la flore d’un peu plus près, c’est toujours sympa. Je finissais très souvent mes étapes en début ou milieu d’après-midi, me laissant beaucoup de temps pour flâner, discuter et admirer les paysages. Et j’adore ce genre d’activité qui me permet de contempler encore plus le milieu naturel.

Livre
Un livre pour aider parfois à s’endormir et clore une journée bien remplie (dans les forêts de Sibérie, de Sylvain Tesson).

Bâton Guidetti G-Light

Bâtons de marche
Une paire de bâtons français Guidetti G light que j’ai trouvé vraiment solides et plutôt légers. Ayant perdu un bâton lorsque je me suis fait une frayeur sur une variante du GR5 vers Bonneval-Sur Arc, j’ai évolué pendant 8 jours sans, je peux vous dire qu’on sent bien la différence. Quand on porte plus de 12 kilos sur le dos et que l’on fait tous les jours des étapes avec un fort dénivelé, ils deviennent vraiment indispensables pour bien vivre son trek. On aborde mieux les descentes et c’est un petit coup de pouce pour les montées. Indispensable pour ce genre de trek.

Serviette microfibre

Serviette de bain
Une petite serviette technique ultralégère. j’ai commencé avec une quechua mais qui ne séchait pas assez vite à mon goût, je l’ai changé à Montgenèvre dans un petit Intersport).

 

 


COUCHAGE


 

Tente Hubba Hubba NX MSR

Tente
Une tente hubba/hubba NX de chez MSR, oui c’est une tente deux places mais j’ai investi pour m’en servir avec ma copine dans mes futures excursions. Cette tente était juste parfaite. Pas de condensation à l’intérieur, de place à l’intérieur, encore plus grâce à ses deux absides. Une étanchéité parfaite, facile à monter et à régler. Et que dire de son poids ? 1.5 kg seulement !

Matelas prolite Thermarest


Matelas

Matelas prolite Thermarest 1 place, très compact dans le sac à dos, facile à monter (auto-gonflant) et confortable. Rien à dire.

 

 

Sac de couchage Wilsa ultralight 300

Sac de couchage
Sac de couchage Wilsa ultralite 300, de la marque française d’équipement outdoor Wilsa. Il est 3 saisons, très léger (seulement 600g), en duvet d’oie blanche, avec une température d’utilisation +6 à 0°C. Ce sac de couchage est parfait pour la GTA en été. Même avec un temps très moyen (beaucoup de pluies et de la neige), je n’ai jamais eu froid.

 

Filtre à eau MSR


Filtre à eau

Un filtre MSR qui a été très utile tout le long de ma traversée. Pas de refuge avant un bon moment ? Vous aimeriez bien boire directement l’eau du ruisseau mais vous avez peur qu’elle ne soit pas potable ? Vous avez raison de vous poser la question, il n’y a rien de pire que d’avoir des maux d’estomacs et la diarrhée pendant plusieurs jours à cause de ça. Pour éviter tous ces problèmes et pour rentrer un peu plus dans l’autonomie, j’ai pris un filtre MSR qui m’a permis de boire dans beaucoup de ruisseaux sans aucun problème. Je n’en avais pas auparavant, une vraie belle découverte ! Évidemment, ça ne filtre pas les virus, mais ça rend n’importe qu’elle eau potable, et c’est déjà beaucoup ! Ce filtre est pour moi bien mieux que les pipettes lifestraw pour la simple et bonne raison que vous ne pouvez pas remplir de bouteille avec la lifestraw et parce qu’avec le filtre MSR, vous n’êtes pas obligé de vous coucher par terre pour boire au ruisseau. Du reste, elle filtre jusqu’à 3000 L d’eau. On a le temps de voir venir.

 

Couverture de survie

Couverture de survie :
Sur les conseils d’un vendeur du vieux campeur, je m’en suis servi comme t
apis de sol sous ma tente. Elle m’a totalement isolé du froid et marche au moins aussi bien qu’un vrai tapis de sol, pour… 3€ seulement ! Je recommande. En revanche, j’aurais dû la changer au bout de deux semaines et demie, elle commençait à fatiguer mais je suis allé au bout avec la même. N’hésitez pas à la changer avant la fin de votre traversée.


HYGIÈNE


Trousse d’hygiène
Une trousse Osprey qui s’est avérée parfaite pour la GTA. Un peu cher, certes, mais elle dispose d’un crochet pour la suspendre à une poignée de porte, à un plafond de tente ou un porte manteau de camping. Elle se déplie à la verticale, super pratique et bien pensée à l’intérieur pour le rangement.

 

Savon
Un savon de Marseille (un vrai) pour me laver comme pour laver le ligne. 2 savons de Marseille de 150g chacun auront fait toute ma traversée. Si vous êtes un peu moins précautionneux que moi et que vous aimez mettre beaucoup de savon sur votre linge comme sur vous, je vous conseille d’en prendre de 400g. C’est moins pratique et plus lourd par contre. Rentrer un savon de 400g dans une petite trousse de voyage n’est pas chose facile.

 

Papier toilette
4 petits rouleaux biodégradables achetés au vieux campeur. Svp, prenez du biodégradable, et ne ramenez plus du chimique en montagne 🙂

 

GSA
Un tube de GSA (pour les douleurs articulaires). Un bon produit que vous pouvez trouver en magasin bio, il sert à détendre et faire du bien à vos articulations après un effort spécifique ou seulement pour soulager des tensions. Parfait pour les genoux, le cou, le bas du dos… j’en ai souvent mis.

 

Huile essentielle
Une huile essentielle de Menthe poivrée bio pour les maux de tête. Ça arrive, et c’est toujours embêtant, le mal de tête va disparaître quelques minutes après avoir appliqué 2 gouttes d’huiles essentielles de menthe poivrée sur chacune de vos tempes. C’est tout de même mieux qu’un doliprane chimique non ? Et pas besoin d’eau 😉

 

Crème anti-frottement NOK

Crème Nok
Une crème anti-frottement vraiment performante. Sous de grosses chaleurs avec un fort dénivelé et beaucoup de kilomètres, elle peut sauver votre GTA. Pour une utilisation optimale, n’hésitez pas à commencer à en mettre plusieurs jours avant de débuter votre traversée (pieds, entrejambe, épaules….), ainsi vous éviterez tous types de frottements.

 

Pansement 
Via votre trousse de secours, vous aurez déjà quelques pansements utiles, mais c’est mieux d’en acheter des plus adaptés à vos besoins. Par exemple, des grandes bandes qui vous permettront d’ajuster la taille comme vous le souhaitez. Idem, des pansements anti-ampoules sont quand même bien plus agréables et plus collants que des pansements « normaux ».