Le système 3 couches : savoir s’habiller pour le trek et la randonnée !

Comment s’habiller pour randonner ou lors d’un trek ? Quid du système 3 couches dont tout le monde parle ? Qui ne s’est jamais posé la question quelques jours avant l’ascension d’un sommet, d’une balade au cœur de la forêt entre amis ou d’un trek de plusieurs jours en montagne ?
Vous êtes nombreux à vous perdre, trop souvent encore, dans le flot d’information sur le sujet.
Ici, je vais tenter de vous simplifier la vie, pour que vous puissiez répondre au mieux à vos besoins lors de vos prochaines sorties.

La première des choses à laquelle vous devez penser lorsque l’on parle d’équipement vestimentaire en randonnée/trekking, c’est le système 3 couches.

Qu’est-ce que le système 3 couches ?

 

Le système 3 couches est un système qui permet, en toutes circonstances, d’optimiser sa façon de s’habiller. Fini le temps où il fallait cumuler les couches pour avoir un peu de chaleur, le système 3 couches est une méthode simple qui permet :

  • via une première couche d’évacuer notre transpiration,
  • via une seconde couche de garder un maximum de chaleur
  • et via une troisième couche de se protéger des éléments extérieurs dans toutes les conditions.

Première couche


 

Cette couche va agir comme une seconde peau, elle est là pour vous permettre d’évacuer un maximum de transpiration pour éviter la « sensation de froid » tout en conservant un maximum de chaleur venant de votre propre corps.

Il existe plusieurs sortes de premières couches selon l’environnement et la température où vous évoluerez pendant votre activité.
Du simple t-shirt basique lorsqu’il fait chaud aux sous-vêtements techniques par temps plus froid par exemple, vous avez l’embarras du choix. Ceci-dit, les t-shirts simples vous permettront rarement d’être vraiment bien pendant votre activité.
C’est pourquoi il vaut souvent mieux opter pour un sous-vêtement technique que pour un simple t-shirt.

première couche sous-vêtement du système 3 couches pour randonnée et trek

Sous-vêtement

première couche t-shirt du système 3 couches pour randonnée et trek

T-shirt technique

 

 

 

 

 

 

 

Odlo par exemple a inventé un système de contrôle de la température (SCT) qui permet d’orienter l’acheteur vers l’un ou l’autre de ses modèles en fonction de ses besoins. Ce système de contrôle des températures classe par catégorie les différentes premières couches selon les degrés adéquat :

X-LIGHT : très respirant, très léger, très bon transfert d’humidité, parfait pour les temps chauds.

LIGHT : respirant, léger, toutes saisons, idéal pour la plupart des situations.

WARM : pour les activités hivernales, avec une bonne isolation thermique (plus chaude), donc un peu moins respirante et moins légère.

X-WARM : bonne évacuation de chaleur, empiècement de couches aux zones sensibles pour empêcher le froid de passer, grosse protection thermique, idéal pour les activités avec un froid extrême.

Ici, vous pouvez constater qu’il y a donc plusieurs types de « premières couches » selon la saison et l’environnement (montagne, plaine, bord de mer….). Vous l’aurez donc compris, une première couche est nécessaire si l’on souhaite profiter au mieux de son expérience outdoor.
Beaucoup de personnes sont tentées de penser que le rôle principal de cette première couche lorsqu’elle est un sous-vêtement est d’apporter de la chaleur alors qu’il n’en est rien, elle peut parfois par sa technicité retenir de la chaleur et vous en procurer quelque peu, mais sa véritable et première fonction est d’éviter que votre transpiration reste au contact de votre peau.

Une première couche oui, mais en quelle matière ?

La laine mérinos ou le synthétique ?

Éternel débat entre ces deux matières qui ont des qualités (et des défauts !) bien distincts.

En résumé :

La laine Mérinos a l’avantage d’être un produit naturel, qui ne gratte pas (oui oui), qui est moins lourd et apporte plus de chaleur que les sous-vêtements en synthétique. Par ailleurs, la laine mérinos est un allié de taille contre les mauvaises odeurs, cette laine ne retient pas les odeurs. Quelques défauts ? Trois seulement, son prix, sa « fragilité » et son temps de séchage.

Le synthétique quand à lui collera un peu plus à la peau (une qualité notable), il sera plus résistant en tant que matière et peut assembler plusieurs types de matières synthétiques différentes pour arriver à des produits très techniques pouvant répondre à tous les besoins. Des défauts ? Un produit pas naturel et qui peut engendrer, parfois, des démangeaisons ou autre problème selon les personnes (des allergies par exemple). Et contrairement au Mérinos, le synthétique garde les mauvaises odeurs, pendant et après l’effort.


Deuxième couche


 

Cette couche intermédiaire sert à apporter de la chaleur et à continuer de transférer l’humidité vers l’extérieur. Plusieurs possibilités donc pour cette seconde couche :

deuxième couche micropolaire du système 3 couches pour randonnée et trek

La micropolaire

La micropolaire :

La plus couramment utilisée pendant l’activité sportive car elle est légère, chaude, respirante et peut être utilisée facilement pendant l’effort. Elle n’empêche pas la liberté de mouvement et se range facilement dans le sac à dos si vous n’en avez plus le besoin.

deuxième couche polaire du système 3 couches pour randonnée et trek

La polaire

 

 

La polaire : Elle est plus chaude que la micropolaire, mais aussi plus lourde, moins respirante, et hormis les situations de grands froids, elle va s’avérer souvent trop chaude et sera plutôt à privilégier pour les bivouacs, le soir, après l’effort.

 

 

 

deuxième couche doudoune du système 3 couches pour randonnée et trek

La doudoune

La doudoune : Le meilleur apport thermique de sa catégorie, la doudoune (surtout si elle est en duvet véritable et non en synthétique) est elle aussi à privilégier pour un confort après activité. Si elle est utilisée pendant le trek par exemple alors que la température n’est pas assez basse, il risque d’y avoir sur-transpiration et bien que les modèles les plus techniques sont relativement respirants, ils ne sont pas faits non plus fait pour évacuer autant de transpiration. A n’utiliser pendant l’effort que lorsqu’il fait vraiment froid. Aussi, les duvets naturels n’aiment pas du tout l’humidité et prendront longtemps à sécher, sauf s’ils disposent d’un traitement hydrophobe spécial (beaucoup plus résistant à l’humidité) comme pour certaines doudounes RAB par exemple.

Idem pour cette seconde couche, la question entre la laine mérinos et le synthétique est posée. Tout porte à vous diriger vers du mérinos (sauf pour la doudoune cela va de soi) si vous en avez la possibilité, seul votre budget peut vous limiter dans cet achat.
Petite chose aussi mais qui a son importance, vous aurez le choix d’une couche intermédiaire zippée sur toute sa longueur (utile pour l’ouvrir s’il fait trop chaud mais perd de la chaleur à cause du zip lorsqu’elle est fermée), zippée sur le haut seulement (permet là aussi une aération partielle bien appréciable par beau temps,), ou sans zip (pas de possibilité de s’aérer mais pas de perdition de chaleur). Là encore, tout dépend de votre activité et de l’environnement où vous comptez la pratiquer.


Troisième couche


 

Cette troisième et dernière couche est tout aussi importante que les précédentes. Elle va vous permettre de vous protéger des éléments extérieurs, notamment de la pluie et du vent, tout en apportant plus ou moins de chaleur et de respirabilité supplémentaire selon les besoins de votre activité.
Là aussi, vous avez plusieurs possibilités :

 

troisième couche ultralight du système 3 couches pour randonnée et trek

Veste Ultralight

 

Des vestes ultralight : elles sont taillées pour le trail et la randonnée ultra légère : coupe-vent, aucun apport de chaleur, très légères, imperméables et non respirantes. Ce sont des vestes optimisées pour le poids et l’imperméabilité, elles sont fragiles et endossent mal le port de sacs à dos.

 

 

troisième couche hardshell du système 3 couches pour randonnée et trek

Veste Hardshell

Des vestes Hardshell : plus robustes que les précédentes, plus thermiques, coupe-vents et imperméables, elles sont avant tout faites pour vous protéger des intempéries. Elles sont pratiques à transporter, idéales pour la randonnée et le trekking en général. Plusieurs marques ajoutent des renforts aux épaules, un rapport imperméabilité/respiration accru et un tas de poches et accessoires pratiques, elles sont le plus souvent dédiées à l’alpinisme. Elles peuvent elles aussi convenir au trekker, mais pour cet usage leur technicité sera pas pleinement exploitée.

troisième couche softshell du système 3 couches pour randonnée et trek

Veste Softshell

Des vestes softshell : celles-ci sont généralement souples et beaucoup plus chaudes que les vestes hardshell, elles sont respirantes mais peu voire pas imperméables. Elles seront plus lourdes et bien moins pratiques lors de vos excursions sur plusieurs jours.
Elles sont adaptées aux sorties ski ou comme veste à utiliser au quotidien pour ceux qui aiment, pendant l’hiver, avoir une veste plus chaude. Elles sont moins adaptées au trekking et à l’alpinisme mais ont cet avantage de pouvoir agir comme seconde et troisième couche en même temps.

 

Concernant l’imperméabilité, il existe plusieurs types de membranes (MP+, Goretex, etc.) et même si certaines membranes sont plus connues que d’autres, sachez que dès que vous atteignez une imperméabilité de 20 000 mm (test de la colonne d’eau), vous avez affaire à une haute imperméabilité et vous avez donc peu de chance d’être mouillé pendant vos sorties à moins de marcher plusieurs heures sous une pluie battante (ce qui m’est toutefois déjà arrivé).
J’ajoute aussi ici que Goretex n’est pas une garantie d’hyper-imperméabilité, c’est une marque et plus précisément un type de membrane qui est utilisé ou non par des fabricants de vêtement de sport. Des membranes MP+ 30 000 mm développées pour la marque Raidlight et Vertical entre autres sont au moins si ce n’est plus imperméable que les membranes Goretex (qui avoisinent en moyenne les 28 000 mm).
Tous les fabricants peuvent pousser vers plus d’imperméabilité et se rapprocher de l’étanchéité, mais le but est plus complexe et demande aussi qu’elles soient respirantes au possible, il faut ainsi ingénieusement jongler entre une membrane assez fine pour qu’elle ne laisse pas passer l’eau, mais assez grosse pour qu’elle puisse laisser passer la vapeur d’eau, et c’est tout le travail des développeurs.

Voilà, vous avez les informations principales concernant le système 3 couches pour partir serein en sorties randonnées/trekking. N’oubliez pas que les magasins spécialisés sont vos meilleurs alliés pour vous aider à finaliser vos choix avec des conseillers vendeurs à votre écoute (comme au  » Vieux Campeur » par exemple).

Bonne marche !

Précédent

Tecnica Forge GTX : Test de LA chaussure révolutionnaire du moment !

Suivant

Le système 3 couches : savoir s’habiller pour le trek et la randonnée !

  1. serratore

    Votre sujet est très pertinent mais vous auriez pu, à la fin, vous abstenir de citer une chaîne de magasin….a moins que vous n’ayez quelques interets!!!!

    • toulao

      Bonjour Gilbert !
      Tout d’abord merci pour votre commentaire qui va me permettre de préciser une chose importante.
      Concernant « le vieux campeur » que j’ai cité à la fin de mon article, ce n’était nullement pour leur faire de la publicité, mais seulement pour donner un exemple de type de magasin spécialisé où je vais régulièrement. J’aurais pu citer « Ekosport » ou « Esprit Montagne », mais le vieux campeur est le magasin où j’effectue l’essentiel de mes achats en ce moment et où ma satisfaction est la plus grande. Je me permets aussi de vous préciser que je n’ai pour l’heure aucun partenariat/contrat avec un magasin ou une marque. Et si un jour ça devenait le cas, il est évident que je le mentionnerais sur mon site internet. Les conseils généralistes que je donne ici sont basés uniquement sur mon expérience personnelle et il est fréquent, sur mon site internet, que je mentionne mes habitudes, les magasins où je m’équipe, les produits (marques) que j’utilise et ce que j’en pense etc….ce n’est pas de la pub pour eux, c’est juste mon opinion. Mais rassurez-vous, mon objectivité est totale tout comme mon indépendance. J’espère avoir répondu correctement à votre inquiétude 🙂
      À bientôt !

  2. YETOU

    ET LE BAS?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén