Page 3 of 8

Tests et conseils

Équipement

DRONE

Drone

Itinéraire

Jour 1 :
Saint-Gingolph / La Chapelle d’Abondance (20 kms, 2000m de D+)

Jour 2 :
La chapelle d’Abondance / Refuge de la Chardonnière (28kms / 2766m de D+)

Jour 3 :
Refuge de Chardonnière / Chalet du Lignon (20kms, 700m de D+)

Jour 4 :
Chalet du Lignon / Les Houches (30 kms, 2000m de D+)

Jour 5 :
Les Houches / Les Contamines-Montjoie (15kms, 879m D+)

Jour 6 :
Les contamines Montjoie / Refuge du plan de la lai (20kms / 2000m de D+)

Jour 7 :
Refuge de la Lai / Montchavin (24kms / 1000m de D+)

Jour 8 :
Montchavin / Refuge du col du Palet (18kms / 1631m de D+)

Jour 9 :
Refuge du col du palet / Bonneval-sur-Arc (24kms / 1400m de D+)

Jour 10 :
Bonneval sur Arc / Refuge du Cuchet (21kms / 1050m de D+)

Jour 11 :
Refuge du Cuchet /Refuge de l’Arpont (24kms / 1300m de D+)

Jour 12 :
Refuge de l’Arpont / Modane (30kms / 1100m de D+)

Jour 13 :
Modane / Refuge de la vallée étroite (18kms / 1500m de D+)

Jour 14 :
Refluge de la Vallée étroite / Montgenèvre [camping]) (28kms / 1816m de D+)

Jour 15 :
Montgenèvre / Briançon (9kms / 150m de D+)

Jour 16 :
Briançon / Brunissard (19kms / 1533m de D+)

Jour 17 :
Brunissard / Ceillac (22kms / 1700m de D+)

Jour 18 :
Ceillac…..Ceillac…..!

Jour 19 :
Ceillac / Maljasset (13kms / 1060m de D+)

Jour 20 :
Maljasset / Larche (26 kms / 2000m de D+)

Jour 21 :
Larche / Auron (41 kms, 2400m de D+)

Jour 22 :
Auron / Refuge du Longon (27 kms / 1600m de D+)

Jour 23 :
Refuge du Longon / Saint Dalmas de Valdeblore (23kms / 1000m de D+)

Jour 24 : Saint-Dalmas de Valdebore / Refuge de Nice (37 kms, 3100m de D+)

Jour 25 :
Refuge de Nice / Sospel (41 kms / 1600m de D+)

Jour 26 :
Sospel / Menton (17kms / 1150 m de D+)


Itinéraire de la grande traversée des Alpes par le GR5 (et le GR52)

Comment et pourquoi ?


J’étais, comme beaucoup de gens, parti pour faire le très traditionnel l’itinéraire de la grande traversée des Alpes par le GR5 « Thonon-Les-Bains / Nice » avant de me raviser tant sur le point de départ que sur le point d’arrivée, seul le GR5 est resté mon fil conducteur.
Pourquoi avoir changé d’avis ?
Parce que Saint-Gingolph est un tout petit village à la frontière Suisse et il est le « départ Historique » de la grande traversée des Alpes. Il permet, en évitant la ville (Thonon), d’entrer directement dans les Alpes dès les premiers kilomètres. Pour le point d’arrivée, j’ai choisi Menton parce que d’après tout ce que j’avais pu lire : « Menton c’est plus beau, c’est plus dur et on reste dans les Alpes jusqu’au bout ».
Face à l’évidence, j’ai décidé d’organiser ma traversée des Alpes de cette façon. J’ai donc emprunté deux GR différents. Tout d’abord, le très célèbre GR5, puis le GR52. Voilà ce qui a conditionné le squelette à suivre de mon itinéraire.
Concernant les étapes, je les ai purement est simplement construites à ma mesure. Étant donné que j’effectuais ma traversée en tente, j’avais la liberté de finir mon étape où bon me semblait, ce qui a facilité le découpage de ma traversée.
J’ai donc misé sur une moyenne de 25kms et de 1500m de D+ par jour. Des étapes sont plus courtes, d’autres bien plus longues, mais j’ai finalement bien respecté ce schéma.

Plus haut sur cette page, vous avez toutes mes étapes en jaunes sous forme de liens, qui mènent à chaque étape de mon itinéraire de la grande traversée des Alpes par le GR5. c’est mon récit de voyage.


Conseils pour la création de votre itinéraire de la grande traversée des Alpes par le GR5


– Vous avez une multitudes de possibilité pour traverser les Alpes et vous n’êtes pas obligé de tenir compte tout le temps des GR, mais n’oubliez pas pour autant que le GR5 par exemple passe par bon nombre de très beaux sites qu’il serait dommage de manquer. A l’inverse, si on se borne trop à suivre trop bêtement le GR5, on va également louper beaucoup de choses qui se trouvent à 10/15 minutes par exemple. Ne soyez donc pas trop rigide, tous les chemins sont bons pour aller jusqu’à Menton 😉

– Vous avez un guide proposé par Suisse Itinérance paru fin 2017 qui pourra sans nul doute beaucoup vous aider, il comprend la traversée que j’ai effectuée : Saint-Gingolph/Menton mais aussi la variante Thonon-Les-Bains/Nice. Enfin topo guide complet en un seul volume sur cette grande traversée ! Je n’ai pas eu la chance de pouvoir l’utiliser et j’avais même eu un débat avec la FFR sur le sujet, car je trouvais inadmissible de devoir acheter 4 topos pour devoir effectuer la Grande Traversée des Alpes, alors profitez-en si vous souhaitez absolument faire la GTA avec un topo. Cela dit, ayant tout bien ficelé avant, je n’ai eu besoin que de quelques papiers récapitulatifs que j’ai gardés dans une simple feuille transparente.

– Ne confondez pas « GR » et « GR de pays », ça parait tout bête comme ça, d’autant plus que la GTA s’adresse à un public de trekker avertis et non d’amateurs, mais c’est toujours bon de le rappeler. les célèbres bandes rouges et blanches (GR) ne doivent pas être confondues sur le terrain ou pendant la préparation de l’itinéraire avec les bandes rouges et jaunes (GR de pays). On a vite fait de faire 5/10 kms de trop par manque d’attention.

Conseil : il y a le site moveyouralps qui m’a beaucoup aidé pour créer mon itinéraire.

Voila, vous savez tout (ou presque) sur mon Itinéraire de la grande traversée des Alpes par le GR5 et le GR52

Résumé de ma grande traversée des Alpes

Grande Traversée des Alpes (GTA)

La grande traversée des Alpes en moins de 25 jours de marche

Lac de la Plagne - Massif de la Vanoise

Lac de la Plagne – Massif de la Vanoise

La Grande Traversée des Alpes (GTA) est un trek de 600kms environ et de plus de 38000m de dénivelé positif (si l’on termine à Menton), qui se fait habituellement en 1 mois/1 mois et demi, et que j’ai décidé de parcourir durant l’été 2017, seul, en moins de 25 jours de marche, d’une seule traite et en autonomie de couchage (tente).
Pour ce faire, j’ai emprunté le GR5 en partant de Saint-Gingolph jusqu’à Saint-Dalmas de Valdebore, puis le GR52 jusqu’à Menton. La version la plus « classique » se fait de Thonon-Les-Bains jusqu’à Nice, mais la plus belle, et accessoirement la plus raide se fait de Saint-Gingolph jusqu’à Menton.

Ce site peut vous aider à préparer votre itinéraire et votre matériel si vous souhaitez tout comme moi faire cette traversée en version un peu plus sportive et autonome qu’elle ne l’est habituellement.
Pour le reste, vous trouverez mon récit de voyage où je partage mon ressenti jour après jour, étape après étape, avec quelques conseils, photos, et une vision globale de ce qui vous attend.
Je tiens à vous préciser ici que j’ai défini cet itinéraire selon ma condition physique, en lien avec les jours de congés que j’ai pu poser (30 jours), et par rapport au défi que je voulais réaliser (la traversée des Alpes en moins de 30 jours). Cette traversée, comme je l’ai effectuée, demande une bonne condition et un peu d’entrainement.
Quelques réponses aux question qui me sont le plus souvent posées :

  1. Pourquoi traverser les Alpes ?

     

    Pour moi, une réponse s’est très vite imposée. J’avais ce besoin de me retrouver, de partir plusieurs semaines dans un espace naturel, seul et en autonomie de couchage, loin de la société et de ses obligations, pour retrouver mon essence même. C’est avant tout ça, le trekking, pour moi.
    En fait, j’avais besoin de vivre, de me sentir vivre, et je savais que rien ne serait mieux que la marche pour y parvenir, pour apporter des réponses à mes questions et pour vivre intensément l’instant présent.
    Je n’ai pas choisi les Alpes par hasard pour faire ce trek. Outre ce besoin de nature, j’avais aussi besoin de réaliser un vrai défi, je ne voulais pas d’une promenade de santé, et je voulais aussi et surtout contempler des paysages extraordinaire. Originaire du département de l’Isère, les Alpes étaient déjà un de mes terrains de jeux favori, et la grande traversée des Alpes était souvent citée comme l’un des 10 plus beaux treks au monde. Une évidence donc.

  2. Quels ont été les facteurs à prendre en compte pour préparer mon itinéraire ?

     

    Le dénivelé et les kilomètres sont deux paramètres importants à prendre en compte pour organiser sa traversée, ils ont rythmé le découpage de mes étapes, mais pour cela, encore faut-il bien se connaitre.
    Que suis-je capable de faire ? Combien de kilomètres par jour ? En combien de temps ? Avec quel dénivelé positif ? Quel dénivelé négatif ? Suis-je endurant sur plusieurs semaines ? Suis-je sujet aux blessures (tendinite, élongation, entorse aux genoux, chevilles, etc.) ?
    Autant de questions que vous vous devez de répondre pour construire votre projet.
    Par exemple, si vous êtes plutôt sportif, que vous n’êtes que très rarement blessé, que vous avez l’habitude du D+, des grandes randonnées en montagne, et que le mauvais temps n’est pas un problème pour vous, la grande traversée des Alpes est faite pour vous 🙂
    Dénivelé, kilomètres, connaissance de soi et de la montagne… voilà les 4 éléments qui vous permettrons de programmer sereinement votre grande traversée des Alpes.

  3. Comment créer son itinéraire ?

     

    Vous avez tout d’abord deux possibilités d’itinéraire « classique » concernant les GR à suivre : Suivre le GR5 de A à Z, de Thonon-les-Bains (ou Saint Gingolph) jusqu’à Nice, ou partir toujours du Gr5 (Thonon-les-Bains ou Saint Gingolph) jusqu’à Menton (GR52).
    La première est plus courte, mais moins sportive, la seconde un peu plus longue et avec plus de D+. Une fois que vous avez choisi votre départ, votre arrivée, et votre (vos) GR à emprunter, vous n’avez plus qu’à découper ta traversée en autant d’étapes que vous le souhaitez.
    Si vous êtes en tente, tu auras évidemment plus de liberté pour découper vos étapes.
    Si au contraire vous êtes en refuge tout le long, vous devez évidemment clore chacune de tes journées par un refuge ou un gîte d’étape, ce qui demande plus d’anticipation.
    Aussi, selon vos capacités physiques, vous pourrez  vous imposer 20/25/30 kms de marche par jour. C’est grosso modo ce que j’ai fait avec une moyenne de 25 kms par jour, en me laissant 4 jours de battement au cas où il y aurait blessure ou besoin de repos. J’ai utilisé au final une seule journée sur ces 4 journées bonus. Je l’ai utilisé par défaut, non par besoin, vous comprendrez mieux pourquoi en lisant mon récit de voyage.
    Pour résumer : Vous validez votre GR à suivre, et vous le découpez en différentes étapes en prenant bien en compte vos capacités physiques et sportives, vos envies et votre mode de couchage.

  4. Quand effectuer la grande traversée des Alpes ?

     

    La saison idéale pour éviter au maximum la neige et les intempéries est bien sûr l’été. Mais elle peut aussi être effectuée à la fin du printemps ou encore au début de l’autonome, mais cela dépendra beaucoup de la météo. Si nous avons un printemps sec ou caniculaire, apparemment pas de souci pour partir en juin par exemple, la fonte des neiges ayant été déjà bien amorcée.

    Idem pour le début de l’automne. Mais vous risquez d’avoir des chutes de neige qui pourront vous bloquer et vous empêcher de progresser.
    je conseille donc de partir en juillet/août, même si selon le contexte, nous pouvons la faire un peu plus tôt ou un peu plus tard.

  5. Seul ou avec des amis ?

     

    Tout dépend du but recherché. Je suis parti seul et je ne le regrette pas. il y a certaines aventures que l’on se doit, à mon sens, de parcourir seul, et pour moi ce fut celle-ci. Tout est un peu plus compliqué tout seul, marcher, réfléchir, s’orienter, monter/démonter le bivouac, laver le linge, bref c’est la débrouille et c’est ça que j’aime beaucoup.
    Pour ceux qui veulent partir à plusieurs, c’est évidemment une sécurité supplémentaire, et un partage immédiat. Moi je cherchais entre autres la solitude pendant cette aventure, donc le voyage seul c’est imposé à moi.
    Les deux sont donc évidemment possible, l’aventure n’est juste pas la même.

  6. En tente ou en refuge ?

    J’ai choisi la tente pour des raisons déjà évoquées plus haut, pour être seul et rester le plus possible au cœur de la nature.
    Outre la philosophie qui accompagne mon choix, il y a aussi une question de budget. Lorsque l’on bivouaque, on économise beaucoup, beaucoup d’argent. Pour 30€ en moyenne la nuit, faites le calcul, vous pouvez facilement économiser 750€ en 25 jours. Posez-vous là aussi les bonnes questions.
    Ais-je vraiment besoin de tout ce confort ? Si vous y êtes attaché, partez pour les refuges et les gîtes, sinon, la tente sera votre nouvelle maison 😉

  7. Quid de la nourriture ?

    J’ai fait le choix de ne pas porter de nourriture pour plusieurs jours.
    D’une part, parce que la nourriture ainsi que le réchaud qui l’accompagne rajoute inévitablement pas mal de poids au sac à dos.
    D’autre part, parce que nous rencontrons tellement de refuges, d’auberges et de gîtes que le besoin ne se fait jamais ressentir.
    Par ailleurs, si vous voulez une autonomie totale en nourriture, bon courage pour 25 jours de marche…..vous devrez composer donc « obligatoirement » avec l’envoi de nourriture en colis à un moment ou à un autre.
    En ce qui me concerne donc, j’ai soit mangé dans les refuges ou restaurant (lors de mes passages en ville), soit des pique-niques.
    Avec le recul, je pense que j’aurai pu tendre vers plus d’autonomie alimentaire.
    je vous encourage à prendre avec vous de la nourriture sur plusieurs jours ainsi qu’un réchaud, l’expérience ne sera que plus belle.

  8. La grande traversée des Alpes, en combien de temps ?

    Pour ma part, j’ai mis exactement 26 jours pour effectuer ma traversée alors que je comptais initialement en mettre 27.
    Sur ces 26 jours, j’ai du m’arrêter 1 jour et demie pour un problème au pied (seulement une ampoule bizarre, que j’ai mal interprété).
    Alors, en marche effective, j’ai mis un peu moins de 25 jours pour traverser les Alpes françaises (24,5 jours).
    Sur internet, vous trouverez une majorité de récits de personnes ayant effectué la traversée en 30/40 jours de marche.
    Alors, qu’est-ce qu’une traversée en 25 jours ?
    C’est en moyenne 25kms et 1500m de D+ par jour pour boucler les 600kms et les 38000m de D+ du parcours (jusqu’à Menton).

Des topos guides spécifiques pour réaliser cette traversée sereinement ? Il en existe, dont 4 topos édités par la fédération française de randonnée dont voici le premier, du Léman à la Vanoise :

Topo guide du Léman à la Vanoise par le mont-blanc et le Beaufortain (FFR)

Aussi, vous pourrez trouver quelques informations supplémentaires sur la GTA par le GR5 ici :

Informations sur la GTA par le GR5 (FFR)

Voilà, je pense avoir répondu à quelques unes de vos interrogations, pour le reste, je vous laisserai consulter mon récit de voyage où vous retrouverez mes photos et mes impressions, col après col, étape après étape. Bon visionnage !

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén